Viewing 1 post (of 1 total)
  • Author
    Posts
  • #49919

    ichiro
    Member

    Epices
    A lire les sommaires descriptifs d’odeurs, on a l’impression que la senteur des épices ne peut être qu’épicée, piquante, vive, saillante, l’analogie allant de soi entre l’odeur et le goût. Tel n’est cependant pas le cas : sur le plan olfactif, les épices dégagent un monde fort subtil, très intérieur, tout en nuances et suggestions, très éloigné en tous les cas de la note énergique et vitale que ces épices apportent effectivement au palais.

    Poivre noir
    (huile essentielle)
    Sentir le poivre noir, par exemple, c’est pénétrer un monde mystérieux, comme secret, qui semble sourd tant il se développe à l’intérieur de lui-même. C’est un peu comme si on pénétrait une caverne sans air, sans écho, sans vibration, figée dans un calme spectral: on n’entend rien, ayant la sensation étrange d’être à l’intérieur de nous-mêmes. Tel Jonas, sommes-nous, dans le ventre de la baleine ? Le poivre noir porte remarquablement son qualificatif : son odeur est sombre, ténébreuse, enténébrée. Il faut s’accoutumer à cette pénombre, digne d’un tableau christique en clair-obscur de la Tour, à cette évocation sans dimension, sans profondeur, sans perspective. Goûter la senteur du poivre, c’est comme apprécier musicalement une voix de basse : il faut goûter ses sonorités caverneuses pour pouvoir patiemment se les approprier.
    La note immédiate de tête est certes un peu épicée, assez verte, un peu piquante ; mais très vite, elle devient douce, chaude, profonde, feutrée, balsamique : à la fois montante et rentrante, elle se développe comme en dedans, suave et sourde à la fois. Ensuite la senteur, presque florale, comme boisée, très légèrement camphrée, fait ressortir d’étranges notes souterraines de cacao ou de café, rappelant aussi certaines touches de l’encens. Assez vite, l’odeur s’estompe sur la peau, ne laissant plus qu’une trace imperceptible, sorte de bois épicé opaque, mat, de telle sorte que l’on se demande un peu, après tant de sensations inhabituelles, si l’on n’est pas sorti d’un songe éveillé.
    En fin de compte, la senteur du poivre noir fait plus penser à un baume qu’à une épice de table: on est loin de l’éternuement. C’est plus une ambiance qu’une odeur, tant elle suggère plus qu’elle ne parle. Et c’est bien là la caractéristique des épices : elles évoquent sans clairement exprimer. Psychologiquement, l’odeur est secondaire, reposant sur un ressenti, une perception intérieure, avec un lien très ténu avec le monde objectif.
    Pour le parfumeur, c’est une aubaine, ce beau ténébreux pouvant devenir, dans sa palette, un véritable diffuseur d’ambiance, un générateur de mystère. C’est un peu comme si le peintre pouvait jeter un halo sur sa toile, donner un éclairage pénombré qui modifie l’atmosphère de la scène, la représentation devenant alors brumeuse, vaporeuse, nébuleuse, nécessitant donc, de la part de l’observateur, d’être davantage intériorisée.

    Noix de muscade
    (huile essentielle)
    Même ambiance d’alcôve, de calfeutrage. La muscade dégage un halo de mystère aussi impalpable que celui du poivre. L’atmosphère, à peine un peu moins pénombrée, reste encore sourde et feutrée, tout aussi insaisissable. La note de tête, assez piquante et poivrée, terreuse et sèche, poussiéreuse et boisée, débouche sur une patine balsamique plus douce, plus feutrée. La note de cœur, typique, plus claire et saillante, toujours piquante et épicée, nettement moins suave que celle du poivre, rappelle la baie de genièvre, à laquelle on pourrait associer une touche de cannelle, de vanille et de caramel. La note de fond laisse une empreinte un peu amère et épicée.
    Dans un registre toutefois moins onirique que le poivre, la noix de muscade exprime également une atmosphère, pouvant certainement procurer aux compositions une couleur d’ambiance, et pouvant plus subtilement apporter une sorte d’aura aux parfums qu’elle épouse de l’intérieur.

    Gingembre
    (huile essentielle)
    Avec le gingembre, on change de registre, la note de tête, très aromatique, sucrée, fruitée, tendre et sensuelle, évoquant la coriandre, la confiserie orientale, les fruits exotiques, le chocolat à l’orange. Cette senteur fine, suave, voluptueuse même, se développe dans une atmosphère patinée, typiquement balsamique : à la fois chaude et veloutée, crémeuse, lactée, onctueuse, comme rosée. Ce corps gras, presque adipeux, s’exprime tout en ondoiements, volutes, sous-entendus et demi-teintes, dégageant une atmosphère digne des mille et une nuits. Plus envoûtante encore, l’odeur de fond, très persistante, rappelle le chocolat vanillé, avec une touche de rhum, certains accents du patchouli, et l’accord si original que réalisent ensemble le santal et le laurier. Complexe malgré sa séduction évidente, très intérieure en dépit de sa sensualité engageante, ambivalente sans être équivoque, la senteur byzantine du gingembre ne peut laisser indifférent.
    Pour le parfumeur, ce doit être un diffuseur d’ambiance intéressant, pouvant orientaliser une atmosphère, habiller de l’intérieur les notes de tête, épouser les notes sucrées pour leur donner plus de mystère, rééquilibrer les notes amères pour leur donner plus de saveur.

    Coriandre
    (huile essentielle)
    D’une grande complexité olfactive, la coriandre est un merveilleux aromatique comportant des notes souvent proches du gingembre. Sa note de départ, très balsamique, douce et suave, sucrée et patinée, vanillée et fruitée, très subtilement menthée, comporte des relents de chocolat tendre. Un peu plus verte en coeur, la note s’affine ensuite, plus sèche, moins balsamique, mais plus subtile aussi, prenant des accents hespéridés très fins (faisant penser au citron doux, à l’orange douce, à la bergamote), d’une exquise délicatesse rappelant le myrte. En s’approfondissant, la note de cœur devient à nouveau balsamique, tout en restant subtilement fruitée, toujours subtilement menthée, comportant de fines touches anisées et sucrées, toujours un arrière-fond de cacao, évoquant simultanément l’orange douce, le gingembre et la lavande.
    Senteur bienfaisante, éminemment positive, la coriandre respire merveilleusement la gaieté, l’enthousiasme, l’entrain, tout en étant d’une finesse et d’une complexité incomparables. On devrait la prescrire d’office dans les eaux de toilette pour jeunes afin de mieux leur permettre de s’accorder avec la vie.

    Cannelle
    (huile essentielle)
    Le grand avantage du spray est de pouvoir sentir cette odeur particulièrement agressive en huile essentielle, la cannelle possédant une nature si explosive, si riche, si puissante, qu’elle est inenvisageable de l’aborder à l’état pur, une grande distance s’imposant donc pour l’apprécier. Cependant, même en spray, le parfum peut légèrement irriter la peau.
    Merveilleusement aromatique, c’est une senteur chaude, sensuelle, enveloppante, maternelle, réconfortante, confondante de générosité et de positivité. Sucrée, vanillée, légèrement caramélisée, boisée et épicée, c’est une fragrance évidemment très familière, à forte évocation culinaire, mais dont la bonne odeur occulte justement la grande délicatesse de l’arôme et la subtilité du parfum.
    Il reste paradoxal qu’une senteur aussi violente à l’état pur puisse dégager une telle sensation de libéralité et de détente à l’état dilué.

    Clou de girofle
    (huile essentielle)
    Même chose pour le clou de girofle (lui possède d’ailleurs bien des analogies avec la cannelle, avec laquelle il se marie parfaitement): le spray permet ici encore de sentir sans risque son parfum très agressif en huile essentielle. La note œillet, typique de la fragrance, acide et métallique à l’état pur, est ici bien mieux mise en valeur par la dilution, faisant ressortir tout le raffinement, originalement épicé et floral, de son parfum. Non seulement violent mais pugnace à l’état pur, le clou de girofle est une senteur, comme la cannelle, qui peut être enchanteresse si on sait la doser, embaumant, parfumant avec générosité et exotisme les fragrances auxquelles elle s’associe.

Viewing 1 post (of 1 total)

You must be logged in to reply to this topic.