Viewing 2 posts - 1 through 2 (of 2 total)
  • Author
    Posts
  • #49926

    Thérèse
    Member

    Cher Abdes Salaam,

    J’étudie régulièrement les matières, disons que je fais mes gammes, ce qui m’aide à classifier les odeurs selon leur mode d’évaporation. Ce qui me pose problème, c’est leur classification par groupes.
    J’ai constaté à la suite de différentes lectures, ex. “Le parfum” de Jean-Claude Ellena, “Le sens du parfum” de Guy Robert, “Le parfum” de Roudnitska, Mandy Aftel …, chacun avait sa propre classification, qui n’est d’ailleurs qu’introductive ou est-ce de la rétention d’information [:0]
    Apparemment, tu les classifies en 6 groupes : floral, boisé, épicé, fruité, animal et autres.
    Pourrais-tu m’éclairer à ce sujet qui me paraît très important.
    Merci
    Cordialement,
    Thérèse

    Therese

    #50112

    Chere Thérèse
    Ma tache est bien plus simple que celle de Ellena et Rousniska, parceque je ne doit classifiquer que des odeurs naturelles.
    En general dans la nature les fruits font odeur de fruit et les fleurs font odeur de fleur meme s’il l y a des essences qui font exception, et je met l’osmanthus, qui est une fleur, avec les odeurs fruitée.
    Les essences que je ne sais pas ou mettre, je les met dans une catégorie spéciaux.

    La categorization des odeurs est effectivement importante pour construire les parfums parcequ’elle fait partie du processus d’intellectualisation des odeurs, qui permet a un parfumeur de concevoir les odeurs au niveau mental, superieur au nivìeau olfactif qui n’est qu’émotionel.

    Ces catégories ne sont que le début, il y a aussi des trans_catégories, comme par exemple:

    1. Catégories olfactives comme celle des Phéromones végétaux, qui font odeurs de corps humain (bois de santal, épice de cumin) ou de pipi de chats e de souris (au choix bourgeons de cassis, feuilles de bouchou) mais aussi gousses de vanille, cannelle, de Karo Karoundé, racine d’Iris ecc…

    2. Catégories culturelles comme celles des erbes culinaires aromatiques Européennes, avec le thym, la sauge, la menthe, la camomille, le fenouil ecc…
    3. Catégories geographiques comme celle des odeurs orientales avec le tonka, le patchouli, le Santal ecc…

    Et tant d’autres trans-catégories…

    Un parfumeur doit s’accrocher a tout ce qui peut définir les odeurs avec des mots et qui peut les identifier avec des paroles, parceque le cerveau ne raisonne qu’avec des paroles et que les parfums ne peuvent naitre qu’a partir d’idées, pour avoir un sens.

    C’est pour cela que les catégories s’entrecoupent d’autres catégories, et plus il y a, dans la téte du parfumeur, de catégories entrecoupéées, plus il pourras raisonner avec les odeurs et concevoir le parfum avant, pendant et après leur exécution.

    AbdesSalaam Attar
    Compositore Profumiere

Viewing 2 posts - 1 through 2 (of 2 total)

You must be logged in to reply to this topic.