#50056

ichiro
Member

Pin Laricio de Corse
(huile essentielle)
Tempérament taciturne et ombrageux, le pin noir porte bien son nom : la note de tête, à la fois âpre et montante, très sourdement boisée et résineuse, comme épicée, est à peine térébenthinée. L’odeur, dense et profonde, devient légèrement plus aromatique en cœur, dégageant un arôme finement camphré, mais toujours amer et épicé, presque fumé. La senteur générale, peu séductrice, très sauvage, presque animale, dégage une impression de force intérieure, de puissance contenue, de violence rentrée. Tout est étrangement intériorisé dans cette fragrance sourde, faisant penser au silence troublant qui précède l’éclatement de l’orage. C’est ce qui fait la force de son attrait : plus on sent ce parfum, plus on désire pénétrer l’obscurité de sa virilité impavide. On réalise alors, émerveillé, que cette noirceur débouche sur un jour, que cette senteur, sombre et austère, contient mille autres odeurs (genièvre, cyprès, myrte, romarin, mousse d’arbre, noix de muscade, poivre noir) constituant autant d’entrelacs chatoyants (entre le marron, le violet et le pourpre), comme les reflets qu’un feu de cheminée crée dans l’obscurité d’une pièce par la danse de ses flammes. Il faut sans doute aimer les journées sombres d’hiver, les promenades en forêt, le feu de bois, le soir, dans une maison de campagne, pour apprécier cette senteur unique. Mais pour celui qui fait le pas, elle reste inoubliable.