#50032

ichiro
Member

Parfums et odeurs
De même que l’oreille interne différencie le son du bruit en détectant l’intention harmonique que le son véhicule et qui constitue sa part subtile, de même le nez interne différencie le parfum de l’odeur en captant l’intention olfactive qu’il véhicule et qui transmet son sens subtil.
La première fois que j’ai senti l’ambre gris, j’ai été repoussé par l’odeur fécale qui me paraissait vraiment répugnante. Quand j’ai senti la première fois le castoreum, j’ai songé à un détergent chimique. Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui, dès le premier effluve, je suis irrésistiblement attiré par ces deux parfums ? Je suis allé au-delà de l’odeur, je ne suis pas resté passif, j’ai capté le sens olfactif qu’elle comporte.

L’entendement des parfums
Capter le sens olfactif d’un parfum, c’est en saisir l’entendement : donc, au sens étymologique, l’entendre. Cela me rappelle un article concernant un scientifique italien, Luca Turin, intitulé « l’homme qui entendait les parfums », que j’ai lu par hasard, énonçant la thèse que l’on ne sent pas le corps des molécules mais leur vibration. C’est très intéressant : on ne sent pas un corps mais son onde, l’onde représentant l’aspect vibratoire de la matière, c’est-à-dire la manière dont l’être corporel se met en relation avec le milieu dans lequel il vit. Le parfum, dans sa composante vibratoire, est donc, pour l’être qui le produit, un moyen d’échanger, de communiquer, un langage. Entendre le parfum, c’est en capter le sens. De ce point de vue, il y a étroite analogie avec musique et parfum, onde sonore et onde olfactive étant les deux aspects de la dimension vibratoire de la matière.

Parfum brut et extrait
Quand la rose exhale à l’air libre son parfum, ce n’est pas simplement une odeur, c’est un parfum. Qu’est-ce qui fait cependant que le parfum extrait de l’huile essentielle de rose me parle plus et beaucoup plus profondément que le parfum brut ? C’est un parfum qui a été travaillé par l’homme. C’est la participation de l’être humain à cette extraction, avec son intention d’en faire ressortir l’esprit, qui fait que ce parfum me parle davantage.
Le parfum de rose, à l’état brut, contient potentiellement le sens olfactif que je parviens cependant à découvrir lorsque j’explore son extraction réalisée par l’homme. Lorsque le parfum est à l’état brut, je ne parviens pas à lire son sens, je ne réussis qu’à le sentir. Le sens est là, mais il ne s’adresse pas encore à moi.

Nature et culture
Si le parfum extrait est un produit naturel, il ne reproduit pas simplement la nature, il en transmet effectivement l’esprit à l’être humain. C’est en ce sens que le parfum extrait est éminemment un produit de culture. C’est pour cela aussi qu’il faut une éducation pour l’apprécier : on ne peut pas comprendre l’ambre gris ou le castoreum (ou même la rose, j’en sais quelque chose) du premier coup. Même chose pour la musique : on ne peut comprendre « L’Art de la Fugue » de Bach si on n’a pas l’oreille formée.