#50024

ichiro
Member

C’est quand on devient parfumeur qu’on ne l’est plus. Lorsque les conventions rattrapent l’homme que, n’étant plus lui-même, il devient quelqu’un. Ni orient ni occident : la terre est une (comme toi-même le rappelait fort justement à propos du parfum Tasnim). Ce que tu appelles « l’Homme Total » n’est que l’homme lui-même : ce que nous sommes depuis toujours. Rien ne peut empêcher un être, quel que soit l’endroit de la terre où il vit, d’être tout entier lui-même, dans sa magnifique singularité. C’est lui, alors, le parfum. Et c’est ce qu’on dit effectivement des véritables centres (qui sont bien plus des êtres que des endroits) : on ne saurait jamais les qualifier ; mais se dégage d’eux un indicible, un inimitable parfum, proprement irrésistible. C’est cela qui, de tout temps, a été qualifié de « musc ».