5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

william Kamkwamba 3 - 5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

Il n’est pas si difficile de devenir président des Etats-Unis quand on a des grands parents qui appartiennent à l’élite du pays, quand on a étudié dans les meilleures écoles et quand on dispose de plus d’argent que son concurrent pour la campagne électorale. Et en plus,lorsque le monde entier s’est mis d’accord pour cela…

william Kamkwamba 5 - 5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

L’exploit d’un jeune garçon Africain du Malawi qui rêvait de dompter la force du vent à son service est beaucoup plus surprenant. Il a du quitter l’école que ses parents ne pouvaient pas lui payer, il a construit avec des bouts de bois et des pièces de démolition, sans connaissances techniques et sans accès a internet, des moulins a vent qui fabriquent de l’électricité.

william Kamkwamba 1 1 - 5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

Ses moulins ont d’abord attiré l’attention des journalistes locaux, puis celle de la presse internationale. En Amérique, Il fut invité à raconter son histoire, puis écrivit un livre pourles jeunes Africains, pour lesquels il est devenu un exemple.

william Kamkwamba 6 - 5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

 

william Kamkwamba 7 - 5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

Ci-dessous le reportage qui retrace son histoire (en anglais)

 

Sur son site, vous trouverez ses interviews en Amérique et ailleurs, des photos et ses autres projets Il est également possible d’y effectuer un don caritatif pour le soutenir. williamkamkwamba.typepad.com

william Kamkwamba 2 - 5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

Une éolienne des Flintstones, et pourtant elle marche, ou plutôt, elle tourne…

william Kamkwamba 8 - 5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

L’histoire de ce garçons doit être un exemple pour les jeunes de Tombouctou. C’est l’exact contraire de la mentalité qui s’est développée dans le sillage des centaines d’ONG qui infestent la ville ne faisant que multiplier les problèmes des gens.

 Tombouctou, les jeunes voient qu’il n’y a que deux moyens de gagner sa vie, travailler pour une ONG ou bien faire une association et demander de l’argent a une ONG.

J’ai compris a Tombouctou qu’il y a 3 sortes de personnes au monde, ceux qui pensent qu’on doit les aider, ceux qui pensent qu’ils doivent s’aider et ceux qui pensent qu’ils doivent aider les autres.

Toute la culture de Tombouctou, façonnée par 40 années de présence des ONG, a fait que les gens deviennent facilement de la première catégorie.

Avec l’exemple de ce garçons je voudrais montrer aux jeunes de Tombouctou qu’il est toujours possible, en toutes circonstances, de s’aider sois même pour sortir des situations difficiles.

Un ami disait : « Il y a deux sortes de personnes au monde, ceux qui font les problèmes et ceux qui les résolvent ».

Puisque les ONG ne sont ici que pour maintenir les problèmes et la dépendance, pourquoi ne pas résoudre sois même ses problèmes comme a fait ce garçons ?

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.