10. LES GENS DE BOKIAT

I am on probation, I cannot leave the city or the country. I cannot go back home, and I don’t know what the police are brewing behind my back. They no longer tell me anything. Patients keep waiting for me every morning on the street, but I don’t dare to cure them. Tahara cannot let anyone inside, because the health inspectors are in ambush ready to close her hotel.

I secretly continue to give some remedies to the people on the street. How can I refuse to help a mother who is pained for her child?

Bokiat8

I prepare them in my room. During the police inspection, they forgot to confiscate some bottles of essential oils that I immediately hid .but I no longer have needles and for the majority of patients I cannot do much, especially for the elderly who are disabled by rheumatism.

Bokiat92

So, I started again to search for a site for the well. I decided to broaden the scope of my search to the villages around Timbuktu. I was advised about a camp of Arab resident Tuaregs, who do not work or farm. They live from NGO fundings. Their need for water is great, but it is not a real village. Families live in huts hundred meters apart from each other because Tuaregs don’t like to live close to each other. I would like to find a place where the well would be more useful.

Then, I visited the village of Bokiat.

Bokiat0

All the people of the village subsist on endeavors related to horticulture. Even the young Imam gardens the land instead of living from Religion.

Bokiat

Their working conditions are terrible, they have a hand pump (to pump water) that is far from the farmlands. They must pump the water manually and, after this effort, they have to carry it for 200 meters to the farmlands.

Bokiat2

The water pump of the gardens

40 Litres of water, the whole day. They even have holes in the ground, it is even more difficult. They carry up these 40 litres of water up stairs that are some 12 meters in height.

Bokiat6

The impact on their body is significant. Their physical condition is pitiful, their knees are worn out and their back are battered.… When I examine their back to cure them, wherever I touch, they jump from the pain. They hurt from their neck to their lower backs. I realize that God did not create the human body to carry 40 kg all day, every day. I start to think about our Italian farmers who complain incessantly of the hardness of their work, and yet they only need to open a tap.

Bokiat9
I think Bokiat is a possible site to make a well and put up a windmill. The necessary conditions that I was looking for are all here. It is a village where people actually work, instead of living from foreign subsidies. The water is insufficient, even with the village’s small solar pump and hand pump. There is also wind for the wind power pump. In addition, the ideal site is located next to the road. For this reason, placing a windmill to pump water from the soil will be visible to many people, and it will hopefully inspire emulators.

I met with the villagers, and they were excited to have a new source of water.

Bokiat7

I asked them to show me where would be the best location for the well, and they showed me the site.

Bokiat91

Previous episode: The police of Timbuktu

Next episode: The garden of the French

9. LA POLICE DE TOMBOUCTOU

Two policemen in civilian clothes erupted in my hotel one morning. It was early by Timbuktu police standards, that is to say, 9 o’clock.

One of them knocked at the door like a madman but without saying, “Police, open the door!” the way they do in films. His failure to announce himself as a police officer initially led me to think that it was a crazy person who was punching my door, so I did not hurry to get out of the shower to open. This made him even more nervous, judging by the increased rhythm of the punches on the door, but still he did not pronounce the magic words “Police, Open!” Later on, I asked them why they did not announce themselves, and they said: “If we say ‘Police,’ the people escape by the window.” Timbuktu seems to be like the Bronx! I thought that, when there is a place where everybody fears the police as in Timbuktu, either everyone is a criminal or the police are corrupt.

When at last I opened the door, I saw 2 young chaps whose eyes and behaviour effectively gave me the impression that they were insane. I thought “they are patients affected by the itching disease and that they needed urgent cures”. This disease actually drives people mad but I have a good remedy for it with the essential oils. “I am just getting out of the shower”, I told them courteously, (with crazy people always be courteous), “You should come back later”. The one who had been trying to knock down my door stuck a piece of coloured paper under my nose. “I am the Vice-Commissioner of Timbuktu. We came for a control.” “Well, let me dress, and I am at your service,” I replied. I brought them my passport, and the young Vice-Commissioner informed me that I had been anonymously denounced for illegal exercise of the medical profession.

I couldn’t believe it. The people of my quarter had been coming to me to get some cures for only a week. I could not refuse to help the mothers who came with tears in their eyes for the suffering of their child, the persons with scabies whose wounds oozed pus, those with headaches that rendered them like the blind, and the elderly that couldn’t sleep because of the pain in their joints.

These are all problems that I can resolve easily with my essences and my Chinese acupuncture needles. When I tell people to go to hospital, they either tell me that they have been there already without result, or that they do not have money to go. And if I give them the money to go, they would also find no result. Medicine is very expensive in Timbuktu, for the local population generally live on $2 USD a day, while the doctors prescribe too many medications, perhaps to help their cousin pharmacist. Some mothers showed me prescriptions for six or seven antibiotic coughing syrups for small children who were still chronically ill after the treatment. I took pictures of these, as it looked to me totally insane. So, the effect of the essences and of the Chinese needles are like a miracle for these people. They come every day, more and more, and I could not refuse to help them. How could I?

The nervy commissioners checked my room from bottom to top. He sequestered my essences, my acupuncture needles, and my passport. He brought me under escort to the police station and had me wait there for 5 hours, after which, with great kindness and humanity he let me go back to my hotel instead of locking me in a cell. I am now a prisoner in Timbuktu; I cannot leave the city or the country, like the French hostages held by the rebels in the Sahara.

1. TOMBOUCTOU: DU SABLE, DU VENT ET DU PARFUM

LE VENT DU DESERT

deserto

Dans le Sahara le silence est une présence palpable, e le souffle du vent, tout come le buit lointain d’un véhicule qui s’approche, loin de le détruire le met en relief et nous fait prendre conscience de son étrange audibilité.

Dans le désert, le vent est compagnon du silence.

Une cité antique, plantée au seuil du désert, est balayée par le vent jour et nuit, enveloppée dans la poussière rouge des tempêtes de sable. Tombouctou, point de départ et le point d’arrivée des caravanes de dromadaires du passé et de toutes les embarcations qui transportaient les trésors de l’Afrique sur le fleuve Niger. Read more

2. MOULINS A VENT

windmill

Le moulin à vent a été probablement le premier robot que l’homme ait construit. Il travaille pour lui sans relâche, transformant le grain en farine, tirant l’eau du sous sol, donnant la lumière aux villes.

Des pays ont été construits et existent grâce au travail des moulins à vent, comme l’Amérique agricole ou la Hollande assiégée par la mer.

Un jour, un fou décida de détruire les moulins à vent, leurs immenses pales menaçantes lui semblaient des monstres.
Don Quichotte ne pouvait que perdre la bataille contre la technologie et ceci est un heureux présage pour moi; les moulins à vent gagnent toujours contre la folie humaine.

Tout comme un écolier qui fait une recherche, je me suis mis devant mon ordinateur pour comprendre comment les moulins à vent fonctionnent, comment les construire et où les acheter.

Je me suis aperçu qu’il y a une infinité de possibilités pour fabriquer les éoliennes et qu’on peut les acheter a un prix très raisonnable, elles coûtent beaucoup moins cher qu’un puits dans le désert.



A Tombouctou les barils se trouvent partout, ils ne coûtent pas cher et les artisans savent travailler ce matériel, alors… Au travail!





 

Celui là est fantastique, patientez quelques secondes



Verticale, comment la fabriquer avec de la lamiere de fer


 

airbreeze

ACHATS

EOLIENNES DE POMPAGE OASIS

Etudiées pour le désert, ròdées en Mauritanie depuis des années

www.ecolabenergies.fr

Un aerogénerateur révolutionaire, la ceinture a vent (windbelt)

www.humdingerwind.com/#/wi_overview

 

Construire une éolienne g rande de A a Z, meme la partie électrique, stage de 700 euros

www.youtube.com/watch?v=EmuPmGvvCWM&feature=fvw

 

3. RETOUR A TOMBOUCTOU

J’ai quitté l’Italie avec un jour de retard, l’avion n’a pas pu décoller a cause de la neige. J’aime les voyages qui commencent avec des difficultés, je sais d’expérience que c’est de bon augure.

BAMAKO
De l’Italie a Bamako, la ville des manguiers. Un autre monde. Read more

4. LE JARDIN DES AMERICAINS

Il y a deux ans quand je suis venu pour la première fois à Tombouctou, j’avais entendu parler d’un jardin dans le désert que les missionnaires américains auraient planté, à 10 km de la ville, en irrigant le sable avec l’eau du sous-sol tirée par des éoliennes de pompage.

tombouctou_eolienne

tombouctou_eolienne_1

Je suis allé voir par moi-même ce qu’il en était et j’ai vu un oasis, ou poussaient les arbres fruitiers et les légumes de toutes sortes.

En fait tous les légumes du marché de Tombouctou viennent d’ici.

tombouctou_eolienne_8

J’ai demandé aux américains combien coûtaient les éoliennes et où les acheter mais ils m’ont répondu qu’ils me déconseillaient vivement de les utiliser, parce que l’eau de la région est sableuse et que la partie immergée de la pompe s’abime très rapidement et qu’il faut remonter pompe et tuyauterie tous les 6 mois pour changer les pièces usées.

En fait les deux éoliennes ne sont pas en état de fonctionnement et, en ce moment, le pompage se fait avec des moteurs diesels.

tombouctou_eolienne_4

Une des deux éoliennes est cassée

L’autre tourne tristement a vide sans une pompe connectée

Ensuite ils m’ont guidé vers un puits où ils avaient installé le prototype (selon eux) de la pompe du futur pour Tombouctou.

Il s’agissait d’une corde avec des rondelles qui passait dans un tube pour faire remonter l’eau. « Tout est fait avec des matériaux du bord » me dit l’inventeur très fier.

Il me fit donc une démonstration en se mettant à faire tourner une grande manivelle. Après 3 minutes il avait fait remonter quelques litres d’eau mais il était tout rouge, tout essoufflé et tout en sueur.

Je n’ai pas fait beaucoup  de photos parce qu’il m’a fait voir son mécanisme sous le sceau du secret (il a peur qu’on l’imite).

flintstone_pump

La pompe des “Pierres a feux”

pompa1…..pompa

Je veux bien que sa pompe ait des avantages sur les mécaniques modernes, mais le problème n’est pas la pompe. Le problème dans un pays pauvre c’est le coût de l’essence et du diesel, le coût de l’énergie qui tire l’eau qui elle est gratuite.

Tout le monde sait ce que coûte l’essence, mais au Mali elle vaut au litre le même prix qu’une journée de travail d’un ouvrier.

La roue éolienne est capable de faire tourner sa pompe à la « Pierre à feux » exactement comme elle fait tourner les pompes mécaniques, alors pourquoi me déconseillent-ils le moulin à vent?

En réalité, il n’y a même pas de problème de sable, il est dû seulement au fait qu’ils préfèrent faire un forage de 100 m de profondeur (le missionnaire est tout fier de sa profondeur) au lieu de faire un puits de 25 mètres à grand diamètre et à haut débit (11 m3 / heure) où l’eau est filtrée par une colonne de gravier et décante tranquillement, exploitée avec une pompe qui fait du 400 litres/heure au maximum.

Seulement, il semble bien qu’ils ne veulent pas qu’on les imite et je ne comprends pas pourquoi. En fait je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas d’éoliennes de pompage partout dans la région et pourquoi le peu d’agriculture qui se fait est située seulement le long du fleuve à 20 km de distance.

En fait toute la région de Tombouctou est assise sur un océan d’eau à seulement 20 mètres de profondeur, une réserve inépuisable qui se renouvelle en continuation, alimentée par le fleuve Niger.

tombouctou_eolienne_3

Dans cette région, le vent souffle toute l’année, à part deux heures au petit matin. Pourquoi payer du diesel pour les pompes quand l’énergie est gratuite? Les américains avaient déjà fait reposer leur agriculture sur les éoliennes in y a déjà cent ans !

Fabriquer et entretenir une éolienne est pourtant bien moins compliqué que fabriquer et entretenir un moteur diesel. C’est ce qu’on appelle de la technologie pré- industrielle. Les premiers moulins à vent de pompage ont été construits en Perse il y a 1200 ans.

panemone

reproduction du moulin a vent Perse

tombouctou_eolienne_2

En plus, le sable de la région est tel que tout ce qu’on y plante pousse.

tombouctou_eolienne_5tombouctou_eolienne_7

Des choux, des tomates, de la menthe et des oignons, des mangues et des pommes…

tombouctou_eolienne_6

Juste derriere les arbres qui délimitent le jardin, en haut de la photo, le sable aride où ne poussent que les épines

En résumé, les éoliennes de pompage sont capables de transformer Tombouctou et toute la région en un oasis verdoyant, et de lui redonner l’abondance, la richesse et le lustre d’antan. Ce n’est pas sorcier à comprendre, mais je me demande plutôt quelle magie maléfique a empêché jusque là les hommes de planter les éoliennes et Tombouctou de renaître de ses sables.

Après ma visite aux américains, j’en suis venu à penser qu’il y a des raisons cachées pour qu’ils me déconseillent de porter une éolienne à Tombouctou.

Ils dépensent une fortune en gasoil pour leurs pompes diesel, ils s’obstinent a faire des forages de 100 mètres de profondeur alors que l’eau est a 15 mètres et que le vent est gratuit.

Je pense qu’ils ne veulent pas ouvrir une porte qui pourrait rendre les Tombouctiens indépendants d’eux aussi bien pour la technologie que pour l’argent. Il en va de leur position ici, ils se posent comme des bienfaiteurs du pays et cela leur donne le droit moral de faire du prosélytisme et de convertir les musulmans au christianisme. On me dit ici qu’ils louent les lopins de terre du jardin aux musulmans convertis a leur religion. Le fait est que aucune des centaines de ONG installées a Tombouctou n’a intérêt a rendre leurs assistés indépendants d’eux. En premier lieu elles n’ont pas été créées pour cela mais pour assister et leur stratégie de survie est de faire en sorte qu’elles n’éliminent jamais le besoin d’assistance. Par exemple en résolvant les problèmes ou en rendent les gens auto-suffisants. Leur stratégie bien au contraire est d’augmenter aussi bien la dépendance que les problèmes. Par exemple en liant l’agriculture au gasoil au lieu du vent ou bien en prêtant de l’argent aux pauvres avec intérêts et puis en les portant au tribunal quand ils ne peuvent pas payer. Je sais que c’est difficile a croire parce que on a toujours tendance a croire au bien, mais à Tombouctou, comme ailleurs du reste, c’est exactement ce que font les ONG sois disant charitables. Un business où des européens surpayés cultivent les problèmes des pauvres au lieu de les résoudre.

Il est clair comme le ciel a midi que les éoliennes sont la solution a la misère de la région, mais aucune ONG ne les veut.

5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

william_Kamkwamba_3

Il n’est pas si difficile de devenir président des Etats-Unis quand on a des grands parents qui appartiennent à l’élite du pays, quand on a étudié dans les meilleures écoles et quand on dispose de plus d’argent que son concurrent pour la campagne électorale. Et en plus,lorsque le monde entier s’est mis d’accord pour cela…

william_Kamkwamba_5

L’exploit d’un jeune garçon Africain du Malawi qui rêvait de dompter la force du vent à son service est beaucoup plus surprenant. Il a du quitter l’école que ses parents ne pouvaient pas lui payer, il a construit avec des bouts de bois et des pièces de démolition, sans connaissances techniques et sans accès a internet, des moulins a vent qui fabriquent de l’électricité.

william_Kamkwamba_1

Ses moulins ont d’abord attiré l’attention des journalistes locaux, puis celle de la presse internationale. En Amérique, Il fut invité à raconter son histoire, puis écrivit un livre pourles jeunes Africains, pour lesquels il est devenu un exemple.

william_Kamkwamba_6

 

william_Kamkwamba_7

Ci-dessous le reportage qui retrace son histoire (en anglais)

 

Sur son site, vous trouverez ses interviews en Amérique et ailleurs, des photos et ses autres projets Il est également possible d’y effectuer un don caritatif pour le soutenir. williamkamkwamba.typepad.com

william_Kamkwamba_2

Une éolienne des Flintstones, et pourtant elle marche, ou plutôt, elle tourne…

william_Kamkwamba_8

L’histoire de ce garçons doit être un exemple pour les jeunes de Tombouctou. C’est l’exact contraire de la mentalité qui s’est développée dans le sillage des centaines d’ONG qui infestent la ville ne faisant que multiplier les problèmes des gens.

 Tombouctou, les jeunes voient qu’il n’y a que deux moyens de gagner sa vie, travailler pour une ONG ou bien faire une association et demander de l’argent a une ONG.

J’ai compris a Tombouctou qu’il y a 3 sortes de personnes au monde, ceux qui pensent qu’on doit les aider, ceux qui pensent qu’ils doivent s’aider et ceux qui pensent qu’ils doivent aider les autres.

Toute la culture de Tombouctou, façonnée par 40 années de présence des ONG, a fait que les gens deviennent facilement de la première catégorie.

Avec l’exemple de ce garçons je voudrais montrer aux jeunes de Tombouctou qu’il est toujours possible, en toutes circonstances, de s’aider sois même pour sortir des situations difficiles.

Un ami disait : « Il y a deux sortes de personnes au monde, ceux qui font les problèmes et ceux qui les résolvent ».

Puisque les ONG ne sont ici que pour maintenir les problèmes et la dépendance, pourquoi ne pas résoudre sois même ses problèmes comme a fait ce garçons ?

6. LES MARAICHERS DE TOMBOUCTOU

Puisque les faubourgs ne sont pas l’endroit juste pour mon projet, j’ai pensé aux jardins maraîchers qui fournissent la ville en légumes frais.

L’eau est un grand problème pour le peuple des jardiniers, même si c’est loin d’être le seul. Ces jardins sont, eux aussi, aux alentours de la ville.
La plupart sont situés le long du canal de Kadhafi à pour bénéficier de l’accès à l’eau. Au fur et à mesure que les terrains sont lotis, les terres occupées par les jardiniers sont vendues par la mairie et ils sont chassés plus loin.
Des ONG leur fournissent des forages pour pomper l’eau, toujours à la main, et à chaque fois ils doivent tout recommencer a zéro.
D’autre part, il n’y a pas d’autre solution. La ville s’agrandit et les jardins ne peuvent pas rester au milieu des maisons. Leur destin est d’être toujours en périphérie. cette raison n’atténue pas la tristesse du destin des pauvres.

En fait la ville ne grandit pas tellement mais ce sont les profits spéculatifs sur la vente des terrains qui grandissent
maraichage0

Read more